Rentables les rénovations domiciliaires?

rénovations domiciliaires
Qu’il s’agisse d’une nouvelle cuisine ou d’une nouvelle salle de bain, avec des taux hypothécaire intérêt au plus faible, il n’y a jamais eu de meilleur moment pour effectuer les rénovations de ses rêves. Selon un sondage de la Banque CIBC, plus d’un tiers (39%) des propriétaires prévoient investir en moyenne 15 300 $ pour rénover leur maison au cours de la prochaine année. Ceux qui prévoient prendre le marteau pour améliore leur séjour cet été, devraient s’assurer de pouvoir se le permettre AVANT de commencer à défaire les murs.

Les Albertains prévoient dépenser advantage

Il ne faut pas s’étonner que les résidents de l’Alberta prévoient dépenser davantage en rénovation au cours de l’année qui vient. Les emplois bien rémunérés associés aux sables bitumineux y abondent et l’économie est en plein essor. Ils ont donc largement les moyens d’investir dans la rénovation domiciliaire. À 22 900 $ en moyenne, les investissements prévus en Alberta sont de loin les plus élevés au Canada. Un plus grand nombre de propriétaires albertains se disent prêts à rénover, 52 % prévoient le faire cette année.

Budgets plus modestes

En Ontario, où l’économie est au point mort et le secteur manufacturier en difficulté, les choses ne sont pas aussi rose. Bien que les propriétaires ontariens forment le troisième groupe le plus susceptible de rénover cette année, 40% des propriétaires prévoient le faire, ils entendent y consacrer moins d’argent, seulement 13 100 $ en moyenne. Mais c’est dans les Maritimes que les propriétaires prévoient dépenser le moins avec 11 000 $.

Les retraités sont plus susceptibles de rénover

Bien que les Canadiens font du remboursement de leurs dettes une priorité, ceux qui approchent de la retraite sont plus enclins à investir dans les rénovations. Les Canadiens âgés de 45 à 54 ans disent avoir l’intention de dépenser en moyenne de 18 300 $ en rénovations domiciliaires au cours des 12 prochains mois, c’est 3000 $ de plus que la moyenne canadienne. Il est justifié pour ceux qui possède un bon régime de retraite, d’investir dans des rénovations domiciliaires, mais la situation est différente pour ceux qui vivent d’une paie à l’autre et qui ont peu d’épargne-retraite. Dans ce cas, une rénovation est trop souvent un moyen supplémentaire de s’endetter.

Financer les rénovations domiciliaires

Même si ce n’est probablement pas une bonne idée d’encaisser ses REER pour effectuer des rénovations qui sont avant tout cosmétiques, un fonds de réserve peut toujours être mis à contribution pour effectuer une mise à niveau de son domicile. Suffit de ne pas épuiser totalement son épargne. Ceux qui n’ont pas ce luxe, devront se rabattre sur un emprunt à condition qu’il soit à faible coût. Un marge de crédit hypothécaire, permet d’emprunter sur la valeur nette de sa maison à un taux d’intérêt défiant toute concurrence. Ce taux est habituellement de 1% supérieur au taux préférentiel. Si la maison à peu de valeur nette, on peut toujours avoir recours à une marge de crédit non garantie. Si on s’endette pour rénover, il est important de prévoir un échéancier de remboursement, histoire de s’assurer que les rénovations contribuent à augmenter la valeur nette de la maison et non à le réduire.

Augmentation de la valeur de sa propriété

Les fan des séries de télé-réalité qui traitent du sujet, connaissent les types de rénovations qui peuvent ajouter de la valeur à une maison et quelles rénovations sont moins payantes. Bien qu’une piscine creusée fasse l’objet de vos rêves les plus fous, cet engouement risque peu d’être partagé par la plupart des acquéreurs potentiels, en fait, une piscine creusée pourrait réduire la valeur de revente de votre maison.

Avec un budget limité, il est important de hiérarchiser les rénovations. Mieux vaut commencer par celles qui offrent le meilleur retour sur investissement. Selon Scott McGillivray, animateur de l’émission Income Property, la cuisine et la salle de bain sont d’excellents choix. On peut aussi aménager un appartement à louer. Il s’agit d’une excellente source de revenu qui permet en plus de rembourser son prêt hypothécaire plus rapidement. Attention aux extravagances, l’ajout d’un deuxième étage n’est peut-être pas la meilleure idée. Selon le magazine Remodeling, 170 000 $ investis en rénovations, augmentent de seulement 100 000 $ la valeur de la propriété.

Avec un bonne stratégie et des rénovations stratégiques, il est possible d’augmenter la valeur de sa propriété à condition de respecter son budget. Les choses ne se passent pas toujours comme prévu, M. McGillivray recommande donc de compter un supplément de 20 % pour les imprévus.

Cet article est aussi disponible en Anglais

Autres sujets aussi lié à cet article

Acheter une Maison / Gérer Votre Argent

Laisser un commentaire