Réduction des taux en Europe, impacts au Canada

Réduction des taux en Europe
Dans l’espoir de stimuler l’économie de la zone euro, la Banque centrale européenne (BCE) a réduit son taux d’intérêt à un niveau record de 0,5%. Confronté à une baisse de l’inflation et à une hausse du chômage, la BCE n’a pas eu d’autre choix que de prendre des mesures qui, espère-t-elle, injecteront des liquidités si attendues sur les marchés. Certains voulaient que la BCE abaisse son taux encore davantage, mais il y a consensus autours du fait que les mesures adoptées devraient suffire à relancer l’économie. La baisse des taux nous rappelle que le monde est encore aux prises avec une crise économique qui pourrait prendre de nombreuses années, voire des décennies, à se résorber.

Aider les petites entreprises

Au moment d’annoncer la nouvelle dans le cadre d’une conférence de presse, le président de la BCE Mario Draghi a précisé que «Un très fort consensus prévaut en faveur d’une baisse des taux d’intérêt. » ajoutant que cette baisse aidera les petites entreprises à accéder à du crédit, dont l’accès restreint retarde la croissance depuis les débuts de la crise il y a plusieurs années. En habilitant les petites entreprises à emprunter à faibles taux, Draghi espère qu’elles seront davantage en mesure d’embaucher des travailleurs et contribueront à réduire le taux de chômage en Europe.

Davantage de compressions à venir

Il pourrait s’agir du début d’une ère de changements initiés par la BCE. La banque centrale a aussi laissé entendre qu’elle est « techniquement prête » à réduire son taux de dépôt qui se situe actuellement à 0%. Cela signifie qu’il n’en coûte rien aux banques pour détenir des fonds durant 1 jour. Mais cela pourrait changer si la BCE baisse ses taux à un niveau négatif. Dans ce cas, il en coûterait davantage aux banques pour faire des affaires et elles seraient essentiellement forcées à prêter davantage d’argent pour compenser ces coûts additionnels. Ces conditions découragent généralement la détention de liquidités et encouragent à dépenser, ce qui est bon pour l’économie.

Le Canada a besoin de l’UE

Les gens sont habitués à entendre parler des difficultés financières européennes aux informations, mais cette nouvelle est très important pour le Canada. L’UE est le deuxième partenaire commercial du Canada et la plus grande économie intégrée au monde avec plus de 500 millions de consommateurs et un PIB de 17 billions de dollars. Une baisse de taux provoquera une reprise d’activité économique, ce qui pourrait générer davantage de commerce avec le Canada. En outre, un accord commercial Canada-UE est déjà dans les cartons, si il se concrétise, il sera plus facile pour les entreprises des deux continents de collaborer.

Saviez-vous que vous pouvez économiser du temps et de l’argent en comparant les taux? Découvrez les meilleur taux hypothécaire et les taux de carte de crédit seulement à RateSupermarket.ca

Baisses de taux au Canada?

Aucun indice ne laisse entrevoir une baisse de taux au Canada, une éventualité que la Banque du Canada ne rejette pas non plus. Le taux de chômage demeure relativement élevé à 7,2 %. De plus, Statistique Canada a révélé un excédent commercial en mars, mais il survient après des années de déficits importants. Le Fonds monétaire international (FMI) prévoit que le Canada va connaître cette année, sa plus faible croissance depuis 2008. Il conseille à la Banque du Canada de garder ses taux d’intérêt à faible niveau jusqu’à ce que l’économie s’améliore.

Garder l’oeil sur l’Europe

Les Canadiens devraient s’intéresser aux développements en Europe car ils ont un impact direct sur notre économie. Outre les développements dans la zone euro, la reprise est plus lente que prévu chez notre principal partenaire commercial que sont les États-Unis. Ces éléments représentent des défis importants pour la reprise économique au Canada.

Cet article est aussi disponible en Anglais

Autres sujets aussi lié à cet article

Économies et Investissements / Nouvelles Économiques

Laisser un commentaire