Protection contre les découverts, la paix de l’esprit coûte-elle trop cher?

Protection contre les découverts
Les services bancaires électroniques sont censés nous simplifier la vie, il est pratique de régler ses factures en ligne, qu’il s’agisse du remboursement de son prêt hypothécaire ou des services publics ou encore du services Internet. Il est aussi facile d’oublier les innombrables débits préautorisés qui réduisent sans cesse le solde de son compte bancaire, et ainsi, de risquer un découvert. C’est pour cette raison qu’existe le service de protection contre les découverts. Mais en a-t-on réellement besoin ou s’agit-il d’une police d’assurance hors de prix?

La protection contre les découverts

Comme dit le proverbe, 1 homme averti en vaut 2. Il suffit d’un seul incident de provisions insuffisantes, qui est très coûteux, pour souhaiter avoir adhéré plus tôt à un service de protection contre les découverts. Le mois dernier, j’ai autorisé un remboursement anticipé sur mon prêt hypothécaire. Le prélèvement ne devait se faire que 2 semaines plus tard. Dans l’intervalle, j’ai fait un achat avec ma carte débit et je me suis retrouvé en manque de 200 $ pour honorer mon engagement. Non seulement ai-je eu à payer un frais de 45 $ à ma banque pour effet sans provisions, de plus, j’ai eu à payer 65 $ de frais pour mon prêt hypothécaire.

Ceux et celles qui se sont déjà vus refuser un achat en raison de fonds insuffisants, sont familier avec l’embarras qui accompagne ce genre d’incident. La protection contre les découverts est conçue pour ajouter temporairement des fonds à un compte et couvrir ce genre de situation. Mais elle a un prix.

Différents types de protection

La protection contre les découverts est offerte sous deux formes, tarifée au mois et à la carte. La solution mensuelle est idéale pour les personnes qui font de nombreux prélèvements et ne veulent pas se soucier des éventuels manques de fonds. La solution à la carte est idéale pour les gens qui pourraient à l’occasion faire un chèque et être à court de fonds. Avec ce type de protection, au lieu de payer un frais de 45 $ pour fonds insuffisants, on s’en tire généralement pour 5 $. Il peut sembler aller de soi de se munir d’une telle protection, mais les banques ne nous disent malheureusement pas tout.

Les coûts caches

Certains pensent que les banques nous font une faveur en nous offrant une protection contre les
découverts. Mieux vaut y regarder à deux fois. Les grandes banques font fortune avec les frais pour provisions insuffisantes. L’an dernier, la Banque TD a engrangé à elle seule, 1,8 milliard de dollars uniquement en frais de service. Les taux d’intérêt sur la protection contre les découverts sont comparables à ceux qu’on appliquent aux prêts sur salaire et peuvent monter jusqu’à 21% par tranche de 100 $ en seulement 2 semaines. Il est très important de lire attentivement les petits caractères du contrat à cet effet.

Garder son solde dans le positif

La meilleure façon d’éviter de payer une protection contre les découverts, consiste à bien gérer son compte en banque. C’est plus facile à dire qu’à faire, surtout si on a un compte commun avec son conjoint ou sa conjointe. De la même façon qu’il est recommandé d’avoir accès en permanence à un fonds permettant d’assurer sa subsistance durant 3 mois en cas d’urgence, il serait sage de garder en tout temps un solde minimal de 1000 $ dans son compte-chèques. Ceci réduit grandement le risque de faire des chèques sans provisions suffisantes. Une autre façon d’éviter la protection contre les découverts, consiste à régler avec une carte de crédit au lieu d’une carte de débit. Non seulement ceci permet d’éviter les découverts mais de plus, les cartes de crédit évoluées comme la Carte Mastercard SMARTCASH de MBNA permettent d’accumuler des points-bonis qui peuvent être échangés en comptant ou à l’épicerie.

Ne pas compter sur ce filet

Il est facile de perdre de vue que la protection contre les découverts est conçue principalement pour les urgences. On ne doit pas l’utilisé comme une carte de crédit ou comme une marge de crédit pour effectuer des achats frivoles. En gérant son compte en banque de manière rigoureuse et en y laissant une réserve minimale de quelques centaines de dollars, on peut éviter d’avoir besoin de la protection contre les découverts et garder son argent là où il est le mieux, dans sa poche et non dans la colonne des profits d’une banque.

Autres sujets aussi lié à cet article

Économies et Investissements / Gérer ses Dettes / Gérer Votre Argent / Nouvelles Économiques

Laisser un commentaire