Pourquoi les jeunes diplômés collent chez papa et maman

coût de l'âge adulte

Autrefois, quitter la maison pour fréquenter l’école postsecondaire ou se lancer sur le marché du travail constituait un important rite de passage vers l’âge adulte. Mais pour beaucoup de jeunes dans la vingtaine, cette étape arrive désormais un peu plus tard dans la vie. Les statistiques sont étonnantes, 42,3 % des jeunes âgés entre 20 et 29 ans vivent encore chez leurs parents et ce même s’ils ont déjà obtenu leur diplôme et joint les rangs de la population active.

Pourquoi les jeunes adultes collent-ils aussi longtemps? Il y a autre chose que la cuisine de maman qui les gardent près du nid. Certaines études démontrent que les jeunes sont confrontés à une réalité économique très différente de celle de leurs parents et de leurs grand-parents.

Plus d’éducation et moins d’emplois

Ce n’est ni le niveau de qualification, ni la volonté de travailler qui manquent. Il y a juste moins d’emplois disponibles. Les taux de chômage a récemment augmenté à 7,2 % et les jeunes font partie des groupes de travailleurs les plus touchés par le chômage et le sous-emploi. En juillet dernier, le niveau de chômage chez les jeunes a atteint le double de la moyenne canadienne pour la première fois depuis 30 ans.

Une fois que vous avez gagné votre diplôme d’études supérieures … il sera temps de sortir dans le monde et faire de votre marque. L’achat d’une nouvelle maison est une source d’investissement intelligent et déclaration de nouvelles réalisations. Assurez-vous d’obtenir le meilleur taux hypothécaire qui reflète mieux votre style de vie actuel

Le sous-emploi, qu’on défini comme un emploi occupé par un diplômé alors qu’il ne nécessite pas d’études postsecondaires, est de plus en plus répandu chez les jeunes. C’est la vieille loi de la concurrence qui sévit. Il y de plus en plus de jeunes qui vont au collège et à l’université et il leur est de plus en plus difficile de se démarquer et d’obtenir un bon emploi. Il y a moins d’emplois qualifiés disponibles et les jeunes se réfugient dans des postes à faible salaire, qui offrent juste assez pour joindre les deux bouts.

Le resserrement des flux de trésorerie

Comme si trouver un emploi convenable n’était pas assez, ils sont également frappés par l’inflation et l’augmentation du coût de la vie. Les jeunes diplômés gagnent dans l’absolu moins que les générations précédentes. Ils doivent aussi assumer un endettement beaucoup plus importants plus tôt dans la vie. Ils doivent entre-autres rembourser leurs frais d’études avant de pouvoir épargner pour s’acheter une propriété.

L’éducation coûte cher au Canada. Notre récente étude intitulée le coût de l’avenir révèle qu’il en coûte en moyenne 56 124 $ pour obtenir un diplôme universitaire et qu’il faut mettre en moyenne 14 ans pour le rembourser dans son intégralité. Ces conditions valent pour les diplômés qui trouvent du travail dans leurs domaines. La réalité est encore plus difficile pour ceux qui obtiennent des emplois sous-payés.

S’installer coûte cher

Les coûts liés à une première installation en appartement sont très élevés, ce qui en décourage plus d’un. En additionnant le prix du loyer aux coûts initiaux, comme l’achat de meubles et en y ajoutant le prix des services essentiels, ont doit compter 5 397, 50 $ pour s’installer. Pas étonnant que les nouveaux diplômés préfèrent se réfugier dans le sous-sol de leurs parents.

Cet article est aussi disponible en Anglais

Autres sujets aussi lié à cet article

Économies et Investissements / Épargner pour les études / Gérer Votre Argent / L'achat de Votre Première Maison

Laisser un commentaire