Partage d’informations accru, davantage de risque de vol d’identité

A new study finds Generation Y's at risk for identity theft
La confidentialité des renseignements de nature financière va de soi. Tous comprennent que partager l’accès à ses comptes en banque, en ligne en particulier, augmente les risques de vol d’identité et d’autres types de fraudes. Mais pour la «génération Facebook», ces jeunes adultes et adolescents technophiles pour qui partager c’est s’impliquer, ce n’est pas si évident. Ils ont tendance à pousser le partage un peu trop loin et à négliger la confidentialité des renseignements de nature financière qui les concernent.

Un récent sondage de Visa Canada révèle que près de 50% des jeunes de 18-34 ans partagent régulièrement des renseignements confidentiels comme leur PIN et prêtent leurs cartes de crédit à des amis. Comme l’usage des technologies se généralise, cette tendance ne semble pas en voie de disparaître de sitôt.

Trop de partage de renseignements confidentiels

Le partage de renseignements confidentiels prend un nouvelle tournure en cette ère numérique où tout le monde semble avoir accès à un smartphone et à une connexion internet sans fil. Pour la génération Y le partage d’informations de nature financière en ligne est un mode de vie. Prés de 50 % partagent leur numéro de carte de crédit et de débit par SMS ou par courriel. Pas surprenant puisque les 18 -34 ans forment le groupe le plus actif en ligne. Leurs activités préférées consistent entres-autre à afficher des profils et des photos en ligne sur des sites de médias sociaux comme Facebook et Twitter. Bien que ces activités semblent en apparence sans danger, elles font circuler des renseignements personnelles comme par exemple les antécédents de travail, le numéro de téléphone et l’adresse des individus qui pourraient tomber entre de mauvaises mains et être utilisés pour usurper leur identité.

Le partage mène à la fraude

43 % des 18-34 ans qui partagent régulièrement des renseignements confidentiels disent avoir été victime de fraude. Ce n’est pas un hasard si en partageant son numéro de carte de crédit, qu’il se retrouve entre de mauvaises mains. Bien que la majorité connaissent les risques, ce comportement semble difficile à changer. 56% se disent inquiets d’un éventuel vol d’identité, alors que la moitié se disent plus préoccupés par une éventuelle fraude. En ce mois de prévention de la fraude qu’est le mois de mars, il est bon de rappeler que nous pouvons tous mieux protéger ces renseignements.

Un phénomène significatif

La fraude est un problème majeur au Canada. Selon la GRC, les Canadiens se font voler entre 10 et 30 milliards de dollars chaque année. Et qui sont ces criminels? Ce ne sont pas des pirates informatiques adolescents. Les organisations criminelles ont en leur possession la majorité de renseignements personnels volés. Des renseignements personnels comme les numéros d’assurance sociale, les dates de naissance et les adresses privées sont vendus sur le marché noir en ligne entre criminels. Mais que peuvent-ils faire avec ces renseignements? Ils peuvent obtenir des cartes de crédit et des prêts hypothécaires au nom de citoyens honorables et détruire leurs antécédents de crédit. Ça peut prendre des années à nettoyer un bilan de crédit ainsi entaché.

Prévenir la fraude

Avant de partager des renseignements confidentiels avec des amis, on devrait se demander qui y aura accès. Les technologies ne sont pas aussi sécuritaires que nous le croyons. Les réseaux publics Wi-Fi et les cybercafés par exemple, offrent des occasions en or aux fraudeurs de voler des renseignements personnels de grande valeur. On devrait ne fournir ses renseignements qu’en cas d’absolue nécessité. Ce n’est pas parce qu’un site internet nous demande de fournir son numéro d’assurance sociale qu’on doit le faire. Certaines activités comme les achats en ligne et le paiement dans une station-service recèlent un niveau de risque élevé. C’est une bonne idée d’avoir une carte avec une faible limite de crédit de 1000,00 $ par exemple. Si vous cherchez une carte de crédit à sécurité augmentée qui comprend une alerte de crédit, la meilleur taux hypothécaire“>MBNA propose un service conçu sur mesure pour vous aider à mieux protéger votre crédit et vos renseignements confidentiels.

Mais l’essentiel c’est de faire attention avec qui on partage certains renseignements, partager un NIP prend 2 secondes qui peuvent causer des années de maux de tête.

Autres sujets aussi lié à cet article

Économies et Investissements / Gérer Votre Argent / Non classé / Nouvelles Économiques

Laisser un commentaire