La moitié des Canadiens sont prêts à acheter malgré un accès à la propriété plus difficile

accès à la propriété

Malgré des restrictions supplémentaires proposées, qui visent à restreindre le niveau de risque sur les prêts hypothécaires et parqui pourraient rendre l’accès à la propriété encore plus difficile, les Canadiens tiennent à devenir propriétaires. Selon une étude menée par BMO , 46 % des Canadiens prévoient acheter une propriété au cours des 5 prochaines années.

De plus, près de la moitié des propriétaires envisagent rénover leur résidence au cours de cette même période. Cette détermination signifie que le resserrement des critères d’éligibilité aux prêts hypothécaires et la réduction de la période d’amortissement maximale implantés l’été dernier, ont moins d’impact qu’anticipé. Les acheteurs semblent s’accommoder des plus courtes échéances de remboursement.

L’amortissement

On ne peut nier que le resserrement des règles hypothécaires a eu un impact sur le marché immobilier. La réduction de la période d’amortissement des prêts hypothécaires à 25 ans pour les acheteurs à ratio élevé, a rendu l’accès à la propriété virtuellement impossible pour certains acheteurs potentiels. Jumelé à un ralentissement du marché, elle a fait dire à certains économistes qu’un krach immobilier était dans l’air. Maintenant que la poussière est retombée, les perspectives semblent beaucoup plus intéressantes.

Jim Tourloukis, président de Avent Mortgage Services, explique que les avantages de ses mesures vont se faire sentir au fil du temps. «À court terme, l’impact peut être considéré négatif. Je crois par ailleurs que sur le long terme, ces mesures vont contribuer à stabiliser le marché. Sans ces changements, le déséquilibre entre l’offre et la demande aurait continué à s’amplifier jusqu’à ce que le marché implose, ce qui aurait nuit à l’économie dans son ensemble.» dit-il.

Il ajoute que les dernières modifications proposées par le Bureau du surintendant des institutions financières (BSIF), qui limiterait aussi la période d’amortissements pour les propriétaires à faible ratio, aura moins d’effets puisque le nombre d’acheteurs touchés est moins important. Selon un sondage Martiz menée pour le compte de l’ACCHA, seulement 6 % des hypothèques contactées l’an dernier s’étalent sur plus de 30 ans. «Je crois que l’impact de ces modifications sera faible. Le choc sera certainement moins important que celui provoqué par les modifications précédentes car moins de personnes seront affectées. » ajoute M. Tourloukis.

Échec à l’endettement

Ces règles ont été mises en place pour deux raisons soit décourager les acheteurs qui ne peuvent réellement se permettre d’accéder à la propriété et réduire le taux d’endettement des ménages. Selon une étude Genworth Canada, les acheteurs ont pris l’avertissement au sérieux et ont commencé à épargner davantage afin de pouvoir mettre un acompte plus important pour l’achat d’une maison et éviter le financement à ratio élevé. Mais la faiblesse actuel des taux hypothécairespeut encore alimenter l’enthousiasme des propriétaires et mener à des achats irréalistes.

L’accès à la propriété n’est pas pour tous

M.Tourloukis estime que les restrictions touchant les prêts hypothécaires ne sont pas la bonne réponse à la question de l’endettement des ménages. «Si le gouvernement veut freiner l’endettement des ménages, il devrait regarder au-delà du marché hypothécaire. Les autres types de dettes, cartes de crédit, marges de crédit non garanties, prêts, prêts automobiles, etc, continuent de croître de manière inquiétante et le gouvernement ne fait rien pour les contenir. «L’accession à la propriété n’est pas pour tout le monde, les gens doivent vivre selon leurs moyens. Si cela signifie louer à Mississauga plutôt qu’au centre-ville de Toronto, alors, ainsi soit-il. Les gens doivent comprendre que la propriété est un privilège et non un droit.» conclut-il.

Cet article est aussi disponible en Anglais

Autres sujets aussi lié à cet article

À propos des Hypothèques / Acheter une Maison / Nouvelles Économiques / Nouvelles Hypothécaire

Laisser un commentaire