Immobilier, les marchés plus abordables au Canada

les marchés immoblier plus abordables au Canada
Certains propriétaires souhaitent acquérir une nouvelle maison avec une troisième chambre à coucher, une grande cour arrière ou encore une piscine creusée. Selon l’endroit où ils habitent, ce rêve pourrait bien être hors d’atteinte. Un examen de l’accès à la propriété effectué par la RBC révèle qu’en matière d’immobilier, l’emplacement a réellement un impact sur le type de maison qu’on peut s’offrir.

Un marché légèrement favorable aux acheteurs

Dans l’ensemble, l’accès à la propriété s’est légèrement amélioré au Canada au cours de la seconde moitié de 2012. Ceci, principalement à cause des faibles taux hypothécaire et d’une baisse des prix dans certaines régions. Mais l’absence de tendances claires, exerce une pression constante sur l’accès à la propriété qui est plus forte que la moyenne historique. Il faut cependant noter que les chiffres sont un peu faussés par le taux extrêmement faible d’accès dans la région de Vancouver. En excluant Vancouver, la RBC affirme que la situation n’est pas si mauvaise. L’accès à la propriété s’améliore dans les principaux marchés à travers le pays.

Une fortune pour être propriétaire

Les données de la RBC confirment que Vancouver est le marché le moins abordable au Canada et qu’il est dans une classe à part. Toronto et Montréal continuent à souffrir d’une accessibilité limitée, malgré les améliorations qui se sont produites au cours de la dernière année. Dans de nombreuses régions, l’accès à la propriété n’est possible en ce moment qu’en raison des faibles taux hypothécaires. Les choses seraient radicalement différentes si les taux d’intérêt venaient à augmenter. C’est d’ailleurs ce que prévoient les experts d’ici à 2014.

La meilleure chance de devenir propriétaire

L’Alberta a un marché du logement dynamique et offre un niveau d’accès attrayant. La demande a augmenté en 2012. Ceci en partie à cause d’une forte économie, d’une population croissante, et d’un accès à la propriété qui demeure relativement facile, confirme la RBC. L’accessibilité s’est améliorée et le prix des bungalows et des maisons à deux étages a légèrement diminué (0,2%). Bien que les maisons de Calgary ne soient pas données, ceux qui vivent dans la région peuvent facilement se les offrir, le revenu des ménages dans cette ville est le plus élevé au Canada.
À Calgary, la revente de maisons a grimpé de près de 19% l’année dernière. En conséquence, les prix se raffermissent, nous apprend la RBC. « Une économie plus forte, une croissance démographique accélérée et un niveau d’accès attrayant jouent un rôle important dans ce regain d’activités.. « En fait, Calgary est le seul grand marché canadien, dans lequel le niveau actuel d’accessibilité est inférieur à la moyenne canadienne sur le long terme.

La terre promise, les Prairies

En gros, le scénario ressemble à celui de l’Alberta. En Saskatchewan, les exigences des acheteurs sont fortement influencées par un marché du travail de plus en plus vigoureux et des décennies d’un flux migratoire positif. Selon la RBC, les chiffres pour la Saskatchewan ont augmentés dans toutes les catégories. La hausse de la valeur foncière expliquerait la baisse du niveau d’accès à la propriété durant la seconde moitié de 2012.

Au centre, lente croissance

Durant la seconde moitié de 2012, l’accès à la propriété a continué à s’améliorer en Ontario. « Le prix des maisons à deux étages a par contre légèrement augmenté (0,1%), à la suite d’une baisse importante au troisième trimestre. »
À Montréal, alors que l’accessibilité générale s’est améliorée, acheter une maison au prix du marché demeure difficile, surtout pour une maison de deux étages ou plus. Même à Toronto, où les maisons sont très chères, il y a eu amélioration. Refroidi l’année dernière, ce marché a connu des conditions équilibrées offrant même aux acheteurs suffisamment de choix pour faire pression sur les prix et obtenir des réductions au cours de la seconde moitié de l’année. »

Peut-on se le permettre?

Quels revenus faut-il engranger pour acheter une maison de deux étages dans chacune des provinces? Tout dépend. Ils doivent être remarquablement élevé dans certaines villes / provinces et plus faibles dans d’autres. Le prix des maisons n’est pas le seul facteur à considérer pour déterminer le niveau d’accessibilité. Le revenu moyen des ménages, les taxes foncières, les services publics, et les autres frais doivent aussi être considérés.
Revenu admissible pour l’achat d’une maison à deux étages

Canada $87,800
British Columbia $127,300
Alberta $81,200
Saskatchewan $82,000
Manitoba $67,800
Ontario $96,300
Quebec $66,100
Atlantic $59,000
Toronto $131,300
Montreal $81,000
Vancouver $157,200
Ottawa $92,000
Calgary $88,700
Edmonton $80,600

Peu importe sous quel angle on le regarde, Calgary demeure le meilleur endroit pour acheter. Elle vous en offre plus pour votre argent

Cet article est aussi disponible en Anglais

Autres sujets aussi lié à cet article

À propos des Hypothèques / Acheter une Maison

Laisser un commentaire