Fonds de retraite pour propriétaires de petites entreprises

Fonds de retraite pour propriétaires de petites entreprises
Provenant d’une famille d’entrepreneurs, je conçois parfaitement qu’il puisse être difficile de contribuer à un fonds d’épargne-retraite. En fait, il semble que la plupart des membres de ma famille misent sur la vente de leur entreprise pour financer leur retraite. C’est compréhensible, ils réinvestissent la majorité de leurs revenus dans leur entreprise. Un récent sondage de la banque TD démontre que nous ne sommes pas seuls à agir ainsi. En fait, la majorité des propriétaires de petites entreprises canadiens, 66%, ont l’intention d’utiliser le produit de la vente de leur entreprise pour financer leur retraite. De ce nombre, 14% comptent exclusivement sur le produit de cette vente pour renflouer leur fonds de retraite.

Selon les experts, cette approche est risquée. Il est fortement déconseillé de mettre tous ses oeufs dans le même panier. Certainement, le produit de la vente d’une petite entreprise peut financer la retraite, tout au moins partiellement, mais la prudence recommande de prendre d’autres précautions pour se munir d’un filet de sécurité et maximiser ses revenus à la retraite.

Mieux vaut penser à équilibrer son portefeuille avec des produits de placement dont les CPG et les fonds communs de placement. Voici quelques conseils pour les propriétaires de petites entreprises qui souhaitent diversifier leur portefeuille:

Les REER

Les REER sont à la fois sécuritaires et fiables. En fait, beaucoup les considèrent comme le meilleur véhicule d’épargne et d’investissement disponible sur le marché. Ils constituent un investissement à impôt différé et offrent une croissance à intérêts composés. Et bien qu’il soit compréhensible qu’une grande partie du revenu des propriétaires de petite entreprise soient liés à l’entreprise, ils disposent d’ une marge de manoeuvre plus importante qu’il y parait. Une contribution REER effectuée par paiements réguliers et automatiques passe généralement inaperçue dans un budget.

Le compte d’épargne libre d’impôt (CELI)

L’an dernier, j’ai décidé que je me passerais d’argent à dépenser de manière frivole que je pourrais mettre de côté. Je suis allé à ma banque et leur ai demandé de déposer automatiquement 100,00 $ par semaine dans mon CELI. A la fin de l’année, j’avais épargné 5 200,00 $. L’ARC m’allouait une limite de 5 000,00 $, un plafond qui est passé à 5 500,00 $ cette année. J’ai accès à mon CELI en tout temps sans pénalité, mais il fait des petits alors pourquoi y toucher. Un entrepreneur devrait d’abord calculer combien il pourrait épargner sur une base hebdomadaire, même 10,00 $ est mieux que rien, puis adhérer à un programme de prélèvements automatiques. Voir son argent fructifier est un excellent incitatif à l’épargne.

Fractionner son revenu

Il s’agit d’une solution intéressante. Embaucher son conjoint ou un enfant permet de redistribuer l’argent gagné, ce qui diminue le revenu total imposable et permet de garder l’argent dans la famille. Il faut éviter de payer son conjoint ou ses enfants plus cher qu’on payerait quelqu’un d’autre. Si on paye le fils de son voisin 15,00 $ l’heure pour remplir les étagères, on ne peut pas payer son propre fils 30,00 $ pour le même travail. Les membres de la famille doivent être payés de manière juste et équitable. L’ARC examine scrupuleusement les déclarations de revenus pour déceler les anomalies de ce genre.

Emettre des dividendes pour financer ses cotisations REER

Selon TD Canada Trust, les entrepreneurs devraient considérer émettre des dividendes pour financer leur cotisation REER. Contrairement aux sommes gagnées à titre de salaire, de bonis ou de commissions, les dividendes sont imposés à un taux plus faible, ce qui permet d’en consacrer une plus grande partie aux REER. Les remboursements obtenus grâce aux REER peuvent aussi être utilisé pour combler les limites de cotisation inutilisées au courts des années antérieures.

Le plus important message à retenir, c’est qu’il faut diversifier. Les experts recommandent de ne pas mettre tous ses oeufs dans le même panier de retraite, peu importe la taille de l’œuf et la robustesse du panier.

Autres sujets aussi lié à cet article

Économies et Investissements / Épargner pour la retraite / Non classé

Laisser un commentaire