Divorce tardif, un défi financier

Rates of grey divorce are increasing for Canadians
Quand on parle divorce, on pense généralement aux jeunes couples qui ont des enfants et une dette hypothécaire. On croit souvent à tort qu’une fois l’âge d’or atteint tout baigne côté argent comme côté coeur. Malheureusement, ce n’est pas toujours le cas. Selon Statistique Canada, le divorce tardif est en hausse chez les personnes âgées entre 55 et 59 ans et ce sont les femmes qui subissent les plus importants impacts financiers. Les gens qui ont atteint l’âge de la retraite n’ont généralement plus à se soucier de l’éducation de leurs enfants, ni à payer leur maison, mais en matière de divorce ils font face à des problèmes particuliers puisqu’ils qu’ils comptent sur un fonds de retraite limité pour vivre. La plupart n’ont tout simplement les moyens de tout recommencer.

La séparation en hausse

En 2006, 226 205 personnes âgées sont divorcées et vivent seules. en 2011, ce nombre est passé à 266 080. Bien que le mariage demeure la structure familiale dominante au Canada, à 67% le nombre de personnes mariées a chuté de façon spectaculaire tombant de 70,5 % il y a 10 ans, et de 91,6 % en 1961. Selon le National Post, 1 237 femmes âgées de 65 ans et plus ont divorcé en 2008. Ce nombre était de 2 486 chez les hommes. 852 de ces divorces mettaient en cause des partenaires âgés de plus de 65 ans.

Les implications économiques

Mais où est le problème? Certes, certains couples attendent simplement que les enfants aient quitté la maison avant de se séparer. S’ils savaient que le divorce était inévitable, s’y sont-ils préparé? Peut-on réellement se préparer à affronter de tels problèmes financiers à cet âge? La réalité c’est qu’à moins de s’y être bien préparé, un divorce peut nous laisser financièrement impotent. Non seulement le fonds de retraite risque de se retrouver grandement diminué, mais il faut aussi prévoir des coûts supplémentaires pour se réinstaller et refaire sa vie. Il y a au moins une bonne nouvelle, la séparation des REER et les transferts de fonds d’une personne à l’autre n’entraînent aucune pénalité. À condition ne pas retirer ses billes avant terme, les REER ne sont pas imposables.

Préparer son divorce

Si vous êtes en route pour une séparation, il est important d’être financièrement avisé, surtout si c’est votre conjoint qui s’occupe généralement de la planification financière familiale. Prenez le temps de bien comprendre l’état de vos finances. Prenez rendez-vous à votre banque ou auprès d’un conseiller financier. Ils peuvent vous renseigner et vous prodiguer de judicieux conseils. L’ignorance pourrait vous coûter chère, très chère même.

Soyez réaliste face au changement

Mieux vaut se préparer au pire. La plupart des divorces n’arrivent pas sans crier gare. Si vous le sentez vernir, mieux vaut avoir une stratégie financière en conséquence. Assurez-vous d’ouvrir un compte séparé et de prendre le contrôle de vos finances. Faites l’inventaire de vos biens et de vos revenus. De combien disposez-vous? Que pouvez-vous vous offrir avec ce que vous avez? Très probablement, vous allez devoir assurer votre propre subsistance. Probable que vous aurez à défrayer des coûts supplémentaires pour une nouvelle maison, votre niveau de vie va certainement changer. Le plus tôt vous apporterez des modifications à votre mode de vie et contrôlerez vos dépenses, le mieux se sera.

Un sage m’a dit une fois qu’on doit traiter le mariage et le divorce comme une transaction commerciale. En affaires, on doit garder la tête froide et de ne pas laisser parler les émotions. Après plusieurs années de mariage, cela peut être difficile à faire, mais c’est absolument nécessaire. Il s’agit après tout de commencer une nouvelle vie. Les décisions que vous prendrez aujourd’hui auront un impact important sur votre situation financière à venir.

Autres sujets aussi lié à cet article

Gérer Votre Argent / Non classé / Nouvelles Économiques

Laisser un commentaire