Croissance économique plus lente que prévu au Canada

Canadian economic growth was slower than expected in 2012.
Les nouvelles données publiées par Statistique Canada confirment que la croissance économique a été plus lente que prévue en 2012. Une tendance qui devrait se poursuivre en 2013. Dans son rapport intitulé Comptes économiques canadiens, quatrième trimestre de 2012 et décembre 2012, Statistique Canada rappelle que le Canada a connu une croissance de 1,8 % l’an dernier ce qui est en deçà des attentes de la Banque du Canada qui misait sur une augmentation de 1,9% déjà en baisse par rapport au 2,6% de 2011.

La Banque du Canada aimerait que le taux de croissance augmente de 2 % en 2013, mais les signes de de faiblesse de l’économie annoncent plutôt un besoin de prolonger les mesures de stimulation de l’économie qu’elle pratique depuis septembre 2010 en maintenant des taux d’intérêt à 1% pour stimuler la circulation des liquidités et à encourager la consommation. Il semble désormais probable que cette situation perdure jusqu’en 2014.

Les coupables

Les conditions économiques incertaines à l’échelle mondiale se font sentir au Canada. L’incertitude dans la zone euro et la crise financière américaine continuent de freiner les exportations et font planer le spectre d’une éventuelle Comptes guerre de devises qui aurait un impact sur le dollar canadien. Statistique Canada accuse également la faible croissance du PIB, le ralentissement du marché immobilier et la faiblesse de certains secteurs clés de l’économie d’être responsables du faible taux de croissance.

Le PIB a augmenté de seulement 0,2% au quatrième trimestre de 2012, sur une base mensuel par contre on observe une baisse de 0,2 % par industrie. En mode annualisé, la croissance du Canada a donc chuté de 2,1% au 1er trimestre de l’an dernier et de 0,6 % au quatrième trimestre, marquant un premier recul économique depuis la récession de 2008.

Le moteur économique canadien

C’est l’industrie pétrolière et gazière qui continue à mener la croissance industrielle, suivis par la construction, le secteur public et celui des services publics. Le secteur financier et de l’assurance a également enregistré des gains modestes . C’est peut-être un signe que les Canadiens cherche de l’aide pour remettre leurs finances sur les rails. En contrepartie l’industrie manufacturière a connu un recul significatif à 2,2%, idem pour l’industrie du transport et de l’entreposage. Le secteur des arts et du divertissement a également connu un ralentissement qui est en partie causé par le lock-out dans la LNH.

La consommation a contribué à stimuler la faible croissance en augmentant de 1,9%. C’est peu par rapport au 2,4 % de 2011.

Les dépenses publiques ont également été réduites. Seulement 0,4% d’augmentation par rapport au 4.6 % de 2008.

Les Canadiens gagnent plus d’argent

Les statistiques nous apprennent aussi que les Canadiens gagnent davantage, le revenu disponible a augmenté de 3,4% l’an dernier. Ils épargnent aussi davantage comme en fait foi la légère hausse du niveau d’épargne des ménages qui atteint 4%, une hausse par rapport au 3,8% enregistré en 2011. Le ratio du service de la dette des ménages qui comprend l’ensemble des taux d’intérêts payés pour le prêt hypothécaire et les autres dettes divisée par le revenu disponible d’un ménage, a également diminué de 7,5 %. Ceci indique peut-être des Canadiens sont en train de prendre le contrôle de l’utilisation du crédit.

Autres sujets aussi lié à cet article

Économies et Investissements / Gérer Votre Argent / Nouvelles Économiques

Laisser un commentaire