Comparez les taux hypothécaires… et économiser de l’argent

comparing mortgage rates can save you thousands of dollars

La preuve que ça rapporte de comparer les taux hypothécaires

Si vous êtes familier avec le concept de comparer les taux hypothécaires, il y a de bonnes chances que vous sachiez qu’on peut réaliser des économis en tâtant le marché, parfois des centaines ou des milliers de dollars. C’est un fait que les grandes banques espèrent que vous allez ignorer lorsque vous cherchez un prêt hypothécaire et que vous allez vous en tenir à ce que vous avez essayé, ce qui a été testé et ce qui s’est avéré véridique lorsqu’on pense argent. Il s’avère que, selon une nouvelle étude de la Banque du Canada, la loyauté aveugle est coûteuse pour les Canadiens, entre 759$ et 1 617$ pour être exacte.

Pourquoi devriez-vous tâter le marché?

L’étude, intitulée «Price Negotiation in Differentiated Products Markets: Evidence From the Canadian Mortgage Market» énonce que quand il s’agit de choisir des produits financiers, les Canadiens hésitent à s’éloigner beaucoup de leur banque principale.

«Les résultats de l’étude au Canada et aux États-Unis révèlent que bien que certains acheteurs obtiennent plusieurs taux lorsqu’ils magasinent pour un contrat de prêt hypothécaire, près de la moitié n’en obtienne qu’un. De plus, des études récentes suggèrent que 80 pour cent des consommateurs demandent un taux à leur institution financière principale et que la majorité d’entre eux finissent par signer un contrat avec elle.»
L’étude indique également que 67 pour cent des répondants des ménages canadiens font leurs retraits pour leurs prêts hypothécaires à partir de la même banque où ils ont leur compte de chèques principal et qu’ils passent à côté de choix enviables. On a constaté que les taux hypothécaires disponibles sur le marché varient de 66 points de base. Si vous vous trouvez en haut ou en bas de cette marge, cela peut vraiment s’accumuler au cours de la durée de votre prêt hypothécaire.

Démystifier les avantages de la banque principale

Au Canada, 90 pour cent des actifs sont contrôlés par huit banques ou les «Big 8», comme le mentionne l’étude. Il s’agit notamment de la BMO, la Banque Scotia, la Banque Nationale, la banque CIBC, la RBC, la TD, la Desjardins et l’ATB. Vingt et un pour cent de leur revenu proviennent de l’intérêt hypothécaire et des frais et on a constaté que les gens ayant des prêts hypothécaires de ces prêteurs ont payé plus en moyenne. Pour ces institutions financières, le consommateur parfait est celui qui a «un préjugé favorable pour les banques», un client qui apprécie la sécurité et qui est susceptible d’envisager sérieusement les services gratuits et la commodité d’un guichet unique bancaire.
«La prime de banque principale varie d’environ 759$ à 1 617$. En d’autres mots, les consommateurs sont prêts à payer entre 759$ et 1 617$ d’avance pour rester avec leur banque principale et éviter d’avoir à changer de banque.»
L’étude a révélé que 72 pour cent des consommateurs canadiens ont ce préjugé favorable et que 30 pour cent refusent de considérer des établissements de crédit qui ne sont pas dominants; une décision qui peut limiter leur options en termes de taux à aussi peu que trois.
Cependant, lorsque les consommateurs étaient pleinement conscients de leurs options sur le marché, ils étaient beaucoup moins susceptibles d’être apaisés par la commodité d’une grande banque. Parmi ceux qui ont négocié avec un courtier en hypothèques pour trouver des taux supplémentaires, seulement 37,3 pour cent ont fini par choisir leur banque principale, en opposition à 70,3 pour cent de ceux qui n’ont pas négocié avec un courtier.

Pourquoi devriez-vous toujours demander deux fois?

L’étude a révélé que les consommateurs qui ont comparé, même s’ils ont choisi de rester avec leur banque principale, ont obtenu un taux inférieur. Les banques sont généralement disposées à offrir un taux plus bas à ceux qui en savent assez pour le demander. Selon l’étude, «environ 25 pour cent des emprunteurs paient le taux affiché. Les autres reçoivent un rabais inférieur au prix affiché.» Ceux qui ne cherchent pas ont eu en moyenne un taux de 4,1 pour cent plus élevé en comparaison au 1,9 pour cent de ceux qui ont montré qu’ils avaient cherché d’autres options. 25% des acheteurs qui ont magasiné n’ont eu aucune majoration de taux.

Pourquoi quelqu’un paierait-il le taux affiché?

Selon l’étude, «… les banques ont un incitatif à afficher un taux d’intérêt artificiellement élevé qui n’est pas contraignant. En effet, la pénalité de pré-paiement est calculé comme une fraction des paiements restant à effectuer sur le contrat, évaluée au taux affiché en vigueur à la date de la signature, plutôt que le taux d’intérêt de la transaction. Cela donne un effet incitatif aux banques pour qu’elles augmentent le taux affiché afin de réduire leur risque de pré-paiement.» Une raison de plus qui fait que vous devriez toujours passer outre la première option qui vous est présentée. Non seulement le fait de comparer ne sera pas à votre désavantage mais cela pourrait vous faire économiser des milliers de dollars à long terme.

Autres sujets aussi lié à cet article

À propos des Hypothèques / Acheter une Maison / Emprunter de L'argent

Laisser un commentaire