Assurance voyage, un mal nécessaire

Don't leave home without travel insurance
Un petit voyage dans le sud pour fuir les rigeurs de l’hiver ou encore un petit tour dans une station de ski pour profiter des dernières descentes de l’hiver, ça vous dit? Faire ses bagages, trouver son passeport et son maillot suffisent aux préparatifs. Si en plus il faut produire de la paperasse. Mais quand on parle assurance voyage, mieux vaut prendre le temps de compléter un ou deux formulaires.

Gagnez du temps et de l’argent … comparer les taux hypothécaire et les taux des cartes de crédit pour trouver le meilleur tarif qui correspond à votre style de vie

Bon nombre d’entre nous boudons généralement l’assurance voyage ce qui nous met à risque tant d’un point de vue physique que financier.

Des chiffres qui parlent forts

Une étude d’American Express Canada effectuée en 2012 révèle que seulement 59 % des Canadiens qui prévoient voyager au cours des 6 prochains mois, souscrivent à une assurance voyage.
Ces chiffres se confirment dans un sondage de BMO Assurance qui note que 60 % des Canadiens ne souscrivent pas à une assurance voyage de manière régulière et que seulement la moitié des personnes interrogées sont informées qu’ils doivent assumer la majorité des frais médiaux encourus à l’etranger.

Pourquoi se passer de la tranquillité d’esprit?

Nombre de Canadiens croient à tort que la couverture de notre système de santé publique traverse les frontières. Et comme de nombreuses personnes disposent d’une couverture supplémentaire par l’intermédiaire de leur emploi ou de bonis offerts par leur carte de crédit, bon nombre sont convaincus que les frais médicaux sont assurés à l’étranger. Certains régimes les couvrent effectivement,mais mieux vaut lire les clauses en petits caractères pour s’en assurer.

En outre, nous avons l’habitude des voyages sans histoires. La plupart d’entre nous voyageons généralement sans même avoir besoin d’un pansement.
Puisque nous achetons généralement une assurance voyage au moment d’acheter nos billets d’avion, cet achat supplémentaire nous semble parfois douteux. On dispose généralement de très peu d’informations concernant la couverture proposée ni sur la façon de présenter une éventuelle réclamation.

Risques réels

Dans les faits, de nombreux Canadiens sont blessés ou tombent malades en voyage. Une grippe ou un accident cardio-vasculaire peuvent arriver n’importe où et n’importe quand. Sans compter que les activités vacancières comme le ski, la navigation de plaisance et autres activités sportives augmentent les chances d’accidents.
Sans assurance, on devra assumer les frais médicaux qui peuvent être très onéreux. Il en coûte 15.000, 00 $ pour un rapatriment en ambulance aérienne en Ontario à partir de la Floride. Une jambe cassée peut coûter environ 20 000,00$ aux États-Unis et certains tarifs internationaux pour les urgences médicales sont encore plus élevés. Une bonne couverture peut nous faire épargner des milliers de dollars.

La bonne couverture

Lire les petits caractères: Lorsqu’on achete une assurance, mieux vaut prendre le temps de lire attentivement la politique de couverture. En cas de besoin, faut-il débourser soi-même les frais et réclamer un remboursement? Les blessures occasionnées par la pratique d’un sport sont-elles couvertes? La couverture accordée couvre-t-elle la pleine durée du voyage anticipé?
Magasiner. Pas besoin d’acheter automatiquement l’assurance offerte par la compagnie aérienne en cliquant sur Comparez les prix et les conditions de couverture et payer.
Être organisé: Il est recommandé d’apporter tous ces documents d’assurance voyage avec soi.
Honnêteté: En cas de divergence entre les documents fournis et la réalité, ou à défaut d’avoir déclaré un problème médical existant, la couverture d’assurance peut être invalidée.
Acheter en gros: Une police annuelle qui couvre tous les membres de la famille sur une base annuelle est avantageuse, surtout si on voyage fréquemment.

Autres sujets aussi lié à cet article

Non classé / Tout sur les Cartes de Crédit

Laisser un commentaire