Aider ses enfants à acheter une maison, attention aux conséquences

acheter une maison
Les parents qui veulent aider leurs enfants à acheter leur première maison devraient réfléchir à deux fois à la façon de leur apporter ce soutien financier.

Un des amis de ma fille veut acheter une première maison. Il ne compte pas emprunter à une banque pour l’acheter, à la place, il veut que ses parents récemment retraités, lui avance l’argent.
Voici son argument. Il est déjà pré-approuvé pour un prêt hypothécaire fixe de cinq ans, mais il espère faire une meilleure affaire en empruntant de ses parents. En fait, il les a convaincu qu’ils vont obtenir un meilleur rendement que ce qu’ils obtiennent en ce moment avec les CPG à court terme qu’ils utilisent pour financer en partie leur retraite.
Une bonne affaire? Pour lui, bien sûr et peut-être aussi pour ses parents, à condition qu’ils ne doivent pas trop se priver.

Les prêts à la famille sont risqués

Un prêt hypothécaire contracté par la famille peut certainement aider l’acheteur d’une première maison, en particulier s’il a d’autres obligations telles que le paiement d’une voiture ou le remboursement d’un prêt quelconque. Mais prêter de l’argent à ses enfants peut s’avérer risqué si on ne fait pas attention. Même un petit prêt peut perturber, parfois détruire les relations familiales.
De nombreux conseillers découragent cette pratique, en partie à cause des problèmes d’ordre émotif qui surviennent lorsque l’enfant déroge à ses obligations, est en retard dans ses remboursements, néglige carrément de rembourser ou sème la discorde parmi les autres membres de la famille qui ne sont pas directement impliqués.
Comment évitez les problèmes lorsque accorde une aide à un enfant et pas aux autres? La première chose à faire, c’est d’éviter les surprises. Avant de prendre une décision définitive, mieux vaut être franc avec les autres enfants afin d’éviter qu’ils se sentent offensés.

Les choses peuvent mal tourner

Bien qu’on veuille les aider, il est important d’évaluer les éventualités moins heureuses. Le revenu de l’enfant est-il garanti? Qu’advient-il si il ne peut ou ne veut, rembourser? Que faire si il partage sa vie avec un conjoint ou une conjointe? Que faire si on décède?
Bien que ce ne soit généralement pas de nos affaires, mieux vaut s’assurer de bien connaître les habitudes de vie de son enfant et leur implication en ce qui concerne l’aide qu’on lui accorde.
Si par exemple il est en couple et que la relation prend fin, il devra partager la maison. Il faut par ailleurs se rappeler que les conjoints de fait n’ont pas les mêmes droits que les conjoints mariés advenant une séparation.

Le billet à ordre

Les prêts familiaux peuvent se conclure par une simple reconnaissance de dette et sont généralement accordés sans aucune garantie. Pour les petites sommes, on n’a pas nécessairement besoin d’un avocat, mais lorsque le montant emprunté devient important, il faut songer aux implication pour la famille et il devient judicieux de consigner le tout dans un accord en bonne et due forme.
Le prêt en tant que tel doit être consigné dans un billet à ordre qui énonce clairement le montant emprunté, le taux d’intérêt perçu, les modalités de remboursement, incluant les délais et le montant dû à chacune des échéance, ainsi que la date prévue du règlement total.
Dans ce cas particulier, la requête a commencé par un «pourriez-vous m’aider a mettre un acompte sur une maison? » un prêt sans contrainte qui ne précisait aucunement ce qui arrivait dans l’éventualité ou le fils prenait du retard dans ses remboursements ou si il se séparait se sa conjointe. Ces questions ont finalement été résolues dans une entente formelle.
Les parents n’ont cependant pas tout dit à leurs autres enfants, dont un se sent un peu confus et quelque peu offensé. Ils n’avaient pas réalisé non plus que les beaux parents de leur fils avaient également convenu d’un arrangement semblable.
On peut sans doute faire mieux.

Cet article est aussi disponible en Anglais

Autres sujets aussi lié à cet article

À propos des Hypothèques / Acheter une Maison / Hypothèques / L'achat de Votre Première Maison

Laisser un commentaire