l’Association canadienne de l’immeuble (ACI) prévoit un marché équilibré pour 2013

The latest CREA housing market update

l’Association canadienne de l’immeuble (ACI) prévoit un marché équilibré pour 2013

Les dernières statistiques publiées par l’ACI démontrent que le marché immobilier est en voie de revenir en territoire équilibré.

Bien qu’une légère baisse ait été enregistrée en janvier, les ventes de maisons ont reculé de 2,1% en 1 mois, une contre-performance qui a été compensée par la croissance dans certains des plus petits marchés.

“La reprise des ventes dans certains des marchés les plus importants et les plus chers au Canada, semblables à celle que nous avons connu dans la foulée des modifications des règles hypothécaires l’été dernier, ne s’est pas encore matérialisée», a déclaré le président de l’ACI, Wayne Moen, dans un communiqué. «Le ralentissement dans les marchés importants est compensé par une activité plus vigoureuse dans d’autres marchés plus petits et plus abordables qui sont moins affectés par les hypothécairesmodifications des règles taux hypothécaires .”

Les ventes continuent de chuter

Le nombre de maisons nouvellement inscrites sur le marché a diminué de 1,2 % en janvier, le plus faible niveau depuis novembre 2010. Le prix de vente moyen a quant à lui connu une baisse de 1% par rapport au même mois l’an dernier pour s’établir à 368 895,00 $.

“En février 2012, nous avons connu un jour de vente supplémentaire en raison de l’année bissextile”, souligne Gregory Klump, économiste en chef de l’ACI. “Toutefois, la baisse enregistrée en février de cette année est en grande partie le reflet de la faible demande qui est loin d’être aussi forte que l’an dernier.”

À venir cette année

441 500 unités devraient se vendre en 2013, une prévision légèrement optimiste par rapport à la baisse de 2,9% enregistrée en 2012.

L’ACI prévoit que cette croissance devrait se produire principalement en Alberta et au Manitoba, alors que la Saskatchewan, l’Ontario, le Québec et la Nouvelle-Écosse connaîtront une chute des ventes. La Colombie-Britannique, Terre-Neuve-et-Labrador sont également en baisse, mais de manière moins importante.”La vigueur des ventes au premier semestre de l’an dernier rend difficile toute comparaison équitable dans de nombreuses régions pour la première moitié de 2013.” nous apprend ce rapport.

Reprise pour 2014

L’ACI a également mis à jour ses prévisions pour le secteur de la revente et étendue ses pronostiques jusqu’en 2014, année pour laquelle elle prévoie une reprise de 4,5% des ventes à 461.200 unités et une augmentation de 1,7% du prix de vente qui devrait atteindre 368 700,00 $.

Il s’agit d’une croissance faible mais stable qui se situe à près de 1% sous la moyenne des 10 dernières années. Tout espoir de voir les marchés retrouver la vigueur qui subsistait avant les changements de critères de qualification de la SCHL, est sur la glace pour l’instant.
Il peut être surprenant d’apprendre que la province la plus notoirement coûteuse au Canada, la Colombie-Britannique, connaîtra l’augmentation la plus élevée l’an prochain. Les ventes devraient augmenter de 9,5 %. Il est à noter que cette augmentation est calculée à partir des faibles volumes de ventes que connaît la province depuis un certain temps.

Prêts hypothécaires fixes

Bien que le marché devrait demeurer au beau fixe durant un certain temps, les consommateurs profitent de la faiblesse exceptionnelle des taux hypothécaires pour emprunter, nous apprend un sondage réalisé par la Banque CIBC. 46% des Canadiens croient que les faibles taux vont persister au cours de la prochaine année et 45 % des personnes interrogées affirment qu’ils opteraient pour un taux hypothécaire fixe s’ils avaient à emprunter aujourd’hui. Un peu plus du quart des Canadiens ont affirmé toujours préférer une hypothèque à taux variable dans le contexte actuel alors que 25% se disent indécis.

“Le prêt hypothécaire s’inscrit dans un plan financier global, ce qui signifie qu’on ne peut pas choisir une hypothèque simplement en fonction du taux d’intérêt”, avance Colette Delaney,vice-présidente principale, produits hypothécaires, prêts, assurances et dépôts, de la Banque CIBC. “Un certain nombre de facteurs, y compris l’amortissement, la possibilité d’effectuer des versements supplémentaires, et le contexte d’endettement doivent aussi être considérés au moment de choisir le prêt hypothécaire qui nous convient le mieux.”

Autres sujets aussi lié à cet article

À propos des Hypothèques / Acheter une Maison / Nouvelles Économiques

Laisser un commentaire